vendredi 5 août 2016

Meilleurs trucs pour ne pas écrire #1: Avoir des enfants

Tout le monde publie des trucs pour écrire plus, écrire mieux, augmenter leur productivité. Comme je suis un spécialiste de "l'écrire moins", je me suis dit que je vous partagerais mes trucs pour ne pas écrire beaucoup.  Si écrire est votre emploi à temps plein, ces trucs pourraient vous aider à écrire moins...


*********************

Bon, alors, le premier truc, il n'est pas si facile que ça à respecter. Il demande de rencontrer quelqu'un, de charmer l'autre, de réussir à vivre une relation de nature coquine qui résulte en une fécondation.

Ici, les aspirants "d'écrire moins" doivent comprendre que la situation risque d'être différente pour les garçons et les filles. Cependant, si l'intensité du dérangement n'est pas la même, c'est quelque temps après la fécondation que le temps d'écriture change. Préparer la venue du bébé, voila qui diminue le temps alloué à des "loisirs" comme l'écriture.

Plein de beaux moments vous attendent, vous allez aimer vos enfants d'un amour inconditionnel, mais ici on parle d'écriture, et c'est là que les enfants excellent: ils réduisent le temps d'écriture par un facteur exponentiel.

"Mais Mathieu, combien d'enfants tu recommandes d'avoir pour être certain de ne pas avoir de temps pour écrire?"

La réponse à celle-là est facile: je dirais que dès le premier, le temps d'écriture diminue pas mal. Encore plus si tu as un bébé qui ne fait pas trop ses nuits, parce que tu dormiras moins. Moins tu dors, moins ta concentration est élevée, moins tu écris.

Ma recommandation, c'est 2. Avec 2, tu ne divises pas de moitié ton temps d'écriture, mais pendant les 3-4 premières années de cohabitation des deux enfants avec toi, tu risques de voir ton temps d'écriture équivaloir environ au dixième du temps d'avant. Encore une fois, je recommande d'en avoir un difficile à coucher le soir, qui dort mal la nuit et qui est lève-tôt. Ainsi, toutes les possibilités d'écriture sont presque annulées.

Certains sont extrêmes: ils se rendent à trois, quatre, cinq... C'est presque garanti de perdre tout temps d'écriture à ce moment-là sur un long terme, sauf en cas de grossesse gémellaire ou d'enfants très rapprochés dans le temps.

"Comment pourrais-je contrer ce manque de temps provoqué par les enfants? As-tu des trucs?"

La réponse courte est NON.

La réponse longue est NON pendant les premières années, vaut mieux oublier ça.

De toute façon, quand on a des enfants petits, on a des trucs beaucoup plus intéressants à faire, comme jouer à la poupée, raconter des histoires de monstres, construire des trucs inutiles et pas solide du tout, se promener à vélo à vitesse de tortue, recevoir des câlins,  et des bisous, aussi, se faire dire "Je t'aime Papa" par une toute petite voix...

Et dans ce temps-là, on se félicite d'avoir un aussi bon truc pour ne pas écrire, parce que les enfants ont cette qualité: ils rendent l'écriture moins importante.



PS: Les miens s'appellent Rosanne et Hubert, ils ont 6 et 3 ans, ce sont de petites merveilles et je les adore plus que tout!


1 commentaire:

Valérie Auclair a dit...

Je n'ai pas encore d'enfant, et pourtant je suis championne de la non-écriture. Qu'est-ce que ce sera quand les petits êtres se pointeront le bout du nez, dans quelques années? ;)