Ma relation avec la bibliothèque municipale

Depuis que Gabrielle travaille à la bibliothèque municipale de Nicolet, j'ai beaucoup pensé à la place de ce lieu dans mon parcours (moi c'était la bibli de La Tuque) et à quoi devrait ressembler, d'après moi, la bibliothèque idéale.
Voici donc mes réflexions sur le sujet.

***
Quand j'étais ado, ma mère m'achetait des livres. Malheureusement, ma vitesse de lecture dépassait largement le budget que nous pouvions mettre sur des livres.

Je vampirisais d'ailleurs la biblio de l'école, empruntant des livres à la tonne... et ce n'était pas suffisant.
La bibliothèque municipale est apparue comme un lieu privilégié pour avoir accès à des milliers de livres, à une culture infinie ou presque! Pendant les congés scolaires (Noël, relâche, été), je pouvais lire sans contrainte de budget!

Surtout, j'avais accès, dès l'adolescence, à des livres "adultes" que nous n'avions pas à l'école.

C'est grâce à la biblio municipale que j'ai lu Stephen King (à l'école, on en avait peu), que j'ai découvert Asimov (les robots, Trantor, le club des veufs noirs), que j'ai découvert L. Ron Hubbard (le fondateur de la Scientologie, qui était écrivain de SF avant ça!).

J'ai lu Shakespeare (une dizaine de pièces) que je n'aurais jamais pu lire sinon. J'ai lu Darwin, Hawking... et j'ai découvert Solaris.

Solaris, la revue qui m'a fait réalisé que des québécois écrivaient de la science-fiction et du fantastique. Je n'avais pas vraiment allumé avant ça que ça se pouvait! Je pouvais peut-être prendre ces histoires que j'imaginais et les publier, moi aussi. Une grosse bougie d'allumage, dans ma carrière, c'est le jour où la bibliothécaire m'a permis de ramener les 4 exemplaires de Solaris chez moi et de les garder, car ils allaient les jeter.

J'ai été un long moment, presque 15 ans, sans fréquenter de bibliothèque municipale. Je préférais acheter des livres. Mais avec les enfants, la maison et toutes les dépenses de la vie d'adulte, je me contente maintenant d'acheter les livres de mes amis, ou des trucs que je veux lire et relire.

J'ai recommencé à fréquenter la bibliothèque municipale, avec son service de prêt entre bibliothèque, qui ouvre les possibilités vers le catalogue de toutes les bibli! J'ai participé avec mes enfants à des ateliers à la bibliothèque, pour qu'ils découvrent le plaisir de la lecture. J'y ai fait le lancement de "La maison aux 1001 portes" pour que des jeunes qui ne lisent pas beaucoup découvrent ce lieu magnifique: nous avons une nouvelle bibliothèque à Nicolet et elle est pleine de potentiel.

Ma bibliothèque municipale idéale est vivante et impliquée dans sa communauté.

Ma bibliothèque municipale idéale  offre des rencontres d'auteur (5 à 7, matinées, heures du thé!), des projections de documentaires, des conférences diverses, des "heures du conte", des activités pour enfants, une programmation spéciale pour les ados.

Ma bibliothèque municipale idéale est à l'affût des sorties et des tendances dans le monde du livre, elle est présente dans les événements des environs pour jouer son rôle de lieu qui démocratise la culture.

Ma bibliothèque municipale idéale est un beau lieu, propre, attirant, dynamique, avec un service à la clientèle A1, mais elle est aussi en recherche de nouvelles façons de rencontrer ses publics. Elle se rend à la rencontre des gens, dans les centres pour personnes âgées, elle dessert les CPE, elle aide les profs (et les bibliothèques scolaires, tiens!), Elle ouvre sa porte aux gens de passage dans la région pour les vacances et s'adapte aux réalités contemporaines en parlant de ebook et de liseuses.

Ma bibliothèque municipale est menée par quelqu'un de dynamique, qui aime les livres, qui les connait, qui peut suggérer des lectures, qui est à l'écoute de ses lecteurs et qui sait entretenir ou même faire naître la passion du livre chez les usagers.

Et vous, quelle est votre relation avec les bibliothèques?

Aucun commentaire: