jeudi 18 août 2016

Lecture: La gifle, Roxanne Bouchard

Couverture de la réédition

Second roman publié chez Coups de tête, j'ai vu qu'il avait été réédité chez Typo. Ça m'a donné envie d'en reparler, parce que j'avais beaucoup aimé ce petit bijou.


Roxanne Bouchard est une écrivaine qui laisse sa marque, avec des textes cru, aux personnages hallucinants et avec une écriture vive. Elle est l'auteure entre autre du primé "Nous étions le sel de la mer".

Dans La gifle, le ton humoristique est de mise dans cette presque-uchronie qui raconte l’histoire de la première gifle au Québec dans une communauté d’immigrés italiens du Bas-du-Fleuve. Plaisir garanti!  
L’intrigue concerne une toile qui sera dévoilée dans un mariage, toile peinte par François Levasseur, portraitiste au talent mitigé. Élevé par sa mère, boulangère, control freak au sang chaud, qui lui payé ses études mais lui a coupé les vivres dès qu’elles ont été terminées, Francesco offre de faire des portraits dans son atelier, et ce genre de vacances devient un succès auprès de vieilles clientes riches, qui, en plus d’une peinture, viennent s’acheter quelques minutes de plaisir charnel. Cesco devient rapidement gigolo, profession où il excelle plus qu’en peinture.

Couverture originale
En se rendant à la noce, il est intercepté par plusieurs femmes du village, dont la mère de la mariée, qui accuse François d’avoir baiser sa fille, car elle ne désire plus se marier, ce qui, on s’en doute, sera aussi l’un des enjeux de l’histoire.


 Véritable chassé-croisé dans un village avec beaucoup de personnalités fortes et dégourdies, La Gifle est une comédie burlesque qui surprend par la vitalité de sa narration, enjouée et pince-sans-rire. Les chapitres sont séparés par des leçons sur l’art de la gifle, jusqu’à la fameuse gifle qui, comme le veut la définition, saura vous surprendre.


Bref, un succès que ce roman! Pas étonnant qu'il ait été réédité! 













Aucun commentaire: