vendredi 10 juin 2016

Projet en cours: Nozophobia

L'an dernier paraissait, chez Bayard Canada, un recueil de nouvelles intitulé "13 peurs".

Quand j'avais été invité dans ce recueil, j'avais choisi la peur de la maladie comme sujet. J'ai éprouvé des difficultés à écrire ma nouvelle, mais finalement, j'ai opté pour une dystopie où, suite à une catastrophe, les survivants se sont entassés dans la Nozone. Dans cette communauté, les gens sont des Cleans, exempt de maladies ou autres infections. Quand ils tombent malades, ils deviennent des Dirtys et son jetés hors du mur.

Je me suis servi de ce contexte pour raconter l'histoire d'un premier baiser entre un garçon et une fille qu'il trouve de son goût mais qu'il n'ose pas aborder.Quand il apprendra qu'elle est maintenant Dirty, il craindra de se retrouver malade à son tour.

C'était une dystopie où je n'avais pas fouillé beaucoup plus l'univers, parce que le but de la chose était de traiter d'une peur, celle de la maladie, et non pas de développer un monde avec tous ses tenants et aboutissants. J'avais établi quelques grandes bases, sans plus.

Mais voilà qu'on m'a demandé, quelques semaines après la sortie du recueil, si je désirais faire de cet univers le centre d'un roman court pour ados.

Enthousiasmé, j'ai dit OUI! "Rares sont les occasions où l'éditeur lui-même te commande un projet, mon champion, alors saute là-dessus!" que je me suis dit.

Sans trop réfléchir aux conséquences. Parce que la nouvelle ne s'étire pas en roman. Le sujet est trop mince, l'arrière-monde pas assez développé, les lieux eux-mêmes n'existent presque pas dans ma tête.

Je réfléchis donc depuis deux mois à la manière de développer l'univers, pour m'assurer de la cohérence du tout.

La question primordiale est: comment la peur de la maladie peut-elle devenir prétexte à la création d'une société fermée où les malades sont exclus dès les premiers signes, sans espoir de guérison? Quelles seront les règles de cette société sur les fréquentations, le contact humain, les animaux domestiques, les pratiques dangereuses pour la santé? Un enrhumé devient-il Dirty? Une jambe fracturée? Les yeux rouges? De la fièvre d'origine inconnue qui se résorbe en 3 jours?

Bref, je travaille fort en ce moment pour m'assurer que ça fonctionne... et que ça entre au final dans environ 17000 mots!


2 commentaires:

Gen a dit...

17 000 mots? C'est court en titi!

Cela dit, pour que la société fonctionne un minimum, faudrait une zone grise, un genre de quarantaine où on te place et où on te donne quelques jours (voir l'origine du mot "quarantaine" :p ) pour voir si tu te remets, non?

Parce que personne ne passe l'entièreté de son existence sans pogner au moins un petit microbe et faire quelques jours de fièvre (surtout les bébés!!!)

M a dit...

Salut!
Ouais, court hein?

J'avais prévu le coup, pour les maladies et infections bénignes.