samedi 26 mars 2016

Lecture: Bienvenue à Spamville, par Dominic Bellavance

Quand je lis un livre d'un ami, j'ai tendance à ne pas trop en parler si je n'ai pas aimé ou si j'ai été déçu.

Mais quand j'ai trouvé ça hallucinant, je dois le crier sur tous les toits!!!



Bienvenue à Spamville, c'est un roman humoristique qu'on ne peut pas classer dans une catégorie précise, parce que c'est différent de tout.

Dans ce roman, la technologie omniprésente amène des virus domestiques qui s'attaquent aux maisons. Cela force le personnage principal, Julie, à quitter son appartement le temps qu'on décontamine le logement. Elle décide d'aller à la recherche de son amie Karine, exilée à Saint-Patrice-de-l'Ancienne-Montagne.

Là-bas, chaque personne correspond à une application, un programme, un terme informatique.

Le maire s'appelle Googueule et possède des bases de données.
Les gens n'ont pas le téléphone, mais des hauts-parleurs sur leur toit, le système "Touit-heure".
Au Bar Rapide, le barman sert la bière selon la bande passante que vous payez. Il s'appelle B.Handwith...


Une série de meurtre secoue le village perdu: la meurtrière, Nathalie Aker, s'attaque aux étrangers en premier. Julie et sa coloc sont donc tour à tour à risque, victimes potentielles, accusées, secourues... par une galerie de personnages étranges.

Et l'identité de la meurtrière? Elle sera connue à la toute fin, bien sûr!

Et le tout, sur un ton léger, cache une réflexion sur la présence des médias sociaux, des technologies, du paraître et de la propension à rendre publique notre vie privée à toutes sauces (ce qui rend très ironique de publier un billet de blogue sur le roman et de le diffuser sur Facebook, Twitter et LinkedIn).


Le lire en même temps que la visite des moines bouddhistes au Musée qui parlent de la recherche du bonheur, de l'impermanence et du lâcher-prise, ça donne à penser sur la vie de tous les jours et nos obsessions matérielles ou d'apparence.

Le meilleur livre que j'aie lu en 2016. À essayer sans hésiter!

Aucun commentaire: