vendredi 19 février 2016

Un roman différent

Je parle beaucoup depuis quelque temps de perte de poids, de santé et de diabète. C'est volontaire, parce que c'est ma réalité mais aussi parce que c'est lié à mon travail d'écrivain.


J'ai terminé cette semaine les corrections sur mon roman qui diffère beaucoup de ce que j'ai publié jusqu'à maintenant. Oh, il y a encore un monstre à l'intérieur. Il n'est pas comme les autres, parce qu'il est à la fois intérieur et extérieur: c'est l'obésité.

Cette réalité qui frappe de plus en plus de nord-américains est désolante et touche de plus en plus d'enfants en jeune âge.

C'est en anglais, mais c'est super pertinent!


J'étais un ado obèse. J'ai vécu des situations tristes tout au long de mon secondaire par mon manque d'activité physique, ma honte et mon malaise face à mon corps. Ça c'est continué plus tard, et c'est même encore le cas aujourd'hui, mais c'était pire à l'adolescence.

Ce n'est pas moi, c'est un ado qui apparait dans Google Images quand tu cherches "big teenager"


J'ai voulu puiser dans ce vécu pour mettre en scène un adolescent d'aujourd'hui. Dans la version que l'éditrice recevra cette semaine (oui, une éditrice s'est montrée intéressée il y a longtemps à lire ce projet, elle a même eu le scoop du premier tiers et a demandé à lire le reste!) il s'appelle Mathias. Il a 16 ans. Il est gros. Il décide que l'été entre son secondaire 4 et secondaire 5 sera son dernier été de gros. Le roman commence avec un incident lors de la dernière journée d'école et se termine à la rentrée scolaire suivante.

Le roman fait 45000 mots, il raconte une histoire complète en elle-même. Sauf que... si l'obésité est un fil conducteur dans le roman, on doit respecter une certaine logique: perdre du poids, c'est un combat de toute une vie.

Les gens qui sont très gros le savent: si on veut perdre et conserver nos gains, c'est une bataille de tous les instants. Chaque relâchement devient le premier pas sur une pente très glissante.

Ce roman n'est qu'une partie de la vie de Mathias, parce qu'il couvre seulement 2 mois. Deux mois où il est concentré à atteindre un objectif.



Je sens que je devrai écrire ce qui se passe ensuite, quand la réalité le rattrape.

Mais ce n'est pas pour l'instant.

Reste à savoir si l'éditrice aimera le résultat final.

Dès que j'en sais plus, je vous en parle!

Aucun commentaire: