L'infâme glucomètre!

Il fait peur, et pourtant, ce n'est qu'une petit machine blanche toute mignonne. On dirait presque que c'est fabriqué par Apple... on pourrait croire que c'est le petit cousin du Iphone et des Ipod.

Pourtant, je le crains...

C'est mon VérioIQ OneTouch.



J'y insère une petite languette, dans laquelle je glisse une petite goutte de sang... et là, pendant 5 secondes, la tension est à son comble...

Le stylo piqueur, le Délica, est posé sur le comptoir et son aiguille me nargue, en attendant que j'y replace son capuchon.

Et là... le résultat... s'affiche...

Normalement, le matin, mon taux de sucre est trop élevé. C'est la mesure qui me donne le plus de difficulté.

Avant le repas (petit-déjeuner), le résultat souhaité est entre 4 et 5,9 mmol/l. Entre 6 et 7, c'est le stade prédiabétique. À plus de 7, c'est signe que l'alimentation, l'exercice et la médication n'est pas bien ajustée.

Je suis diagnostiqué depuis 2009. Mon sucre a toujours été en haut de 6 le matin. Entre 6 et 7, ça reste tolérable. Mais l'idéal demeure de réussir à descendre sous la barre du 6.

Dans la dernière année, ça m'est arrivé... 4 fois, tout le temps avant le dîner.

Mais là, en trois jours... Tadam! 2 résultats matinaux en bas de 6 (et tu peux voir à quelle heure je me suis levé ce matin-là!)


Je croyais que c'était impossible!

Je jubile.

Ça me place dans la bonne ambiance pour réviser pour manuscrit qui s'intitule, pour l'instant, "Rien à perdre". Mathias, le personnage, m'aide à me concentrer sur ma santé.

En espérant qu'il cause cet effet chez les lecteurs!


Aucun commentaire: