Retour sur "Bienvenue à Nozophobia"

Quand les éditions Bayard m'ont approché pour leur recueil "13 peurs", on m'a demandé de choisir une peur sur laquelle travailler. L'objectif du texte n'était pas nécessairement de faire peur, mais plutôt de travailler sur une peur qui peut toucher les adolescents.

J'avais envie d'un texte différent. J'ai choisi la peur de la maladie. Pourquoi? Parce que mon diabète me fait peur et que ce n'est pas toujours une motivation suffisante pour prendre soin de ma santé.

Tout est lié, non?

Donc la peur de la maladie a pris un tournant étrange au départ: j'ai commencé à écrire le journal d'un freak qui a peur d'être malade et qui en vient à tuer tout ce qui bouge de peur d'être infecté, avant de réaliser qu'il est malade, en fait, mais dans sa tête, donc qu'on ne peut échapper à la maladie. J'ai écrit de grands bouts de ce journal, où le personnage se rappelle de ce qui lui a fait peur en rapport avec le fait d'être malade, jusqu'à ce qu'il disjoncte.

Ce que j'avais mis sur papier me plaisait, mais j'étais incapable d'en tirer une nouvelle qui se tient. J'avais des morceaux épars (ce qui, il est vrai, peut constituer une nouvelle), mais ce n'était pas satisfaisant.

La date de remise arrivait, je n'avais pas de texte et surtout, je n'avais pas envie de passer à côté de cette belle invitation.

Et je me suis rappelé d'une image classique de science-fiction, celui de la personne qui vit dans une bulle pour ne pas tomber malade. Et PAF!, j'avais le noyau de mon histoire: tout le monde doit être contrôler pour ne pas tomber malade, sinon on est placé hors du mur. Hors de la bulle, tu vois...

C'est comme ça qu'est née Nozophobia, la patrie de ceux qui ont la phobie d'être malade. Avec son système de contrôle, les Cleans et les Cleaners, et surtot les Dirtys qu'on lance hors de la communauté. J'avais entre les mains une dystopie, qui se trouve être l'amorce de quelque chose qui pourrait être plus grand.

Qui sait, un jour, nous verrons peut-être la rébellion des Cleans pour sauver leurs amis Dirtys?


Aucun commentaire: