Le temps qui file: la semaine "Lis avec moi"

L'an dernier, j'avais approché les gens de la tournée Lis avec moi pour savoir comment fonctionnait cette belle initiative.

Ce qui m'a amené ce matin à Victoriaville, où j'ai rencontré des élèves de l'école secondaire Le Boisé. Une belle rencontre d'une heure pour jaser de livre avec des élèves allumés, ça n'a pas de prix... non, en fait, ça en a deux: une monétaire, une symbolique.

Il y a une valeur monétaire parce que le travail d'écrivain demande salaire pour les activités connexes. Une conférence sur le métier d'écrivain, c'est du travail. Même si c'est pour parler de mon loisir préféré, ça fait parti de la job. Quand on me dit "On n'a pas vraiment de budget", je demande "Comment pouvez-vous offrir?" Parce qu'il y a un principe important, là-dedans: le travail de l'écrivain n'est pas seulement d'écrire des livres, c'est aussi de parler de livres et d'écriture. C'est beaucoup grâce à ça que l'écrivain en tire un salaire au bout du compte. Il faut toujours garder ce principe en tête.

Je sais que de jeunes écrivains feraient tout pour rencontrer des lecteurs potentiels, mais les rencontres se soldent souvent par peu de ventes, sauf s'il y a possibilité de faire des ventes directes, ce que les écoles doivent interdire en théorie sauf lors de journées thématiques.Mais même s'il y a des ventes, le profit fait par l'auteur n'est pas pour payer son temps de préparation et de parole, il est pour payer le temps mis à l'écriture du livre.

Pourquoi je pense à tout ça? Parce que si peu d'écrivains au Québec peuvent se contenter pour payer les comptes des revenus provenant de leur métier d'écrivain qu'il faut que tout le monde prenne conscience que c'est avec ce salaire de rencontres que certains bouclent le budget.

Et cette semaine, deux  collègues fêtent leur 10e anniversaire "d'indépendance".

Bravo, Sonia K. Laflamme. Bravo Alain M. Bergeron.

Je vous admire: ça prend beaucoup de courage pour tout lâcher et se consacrer à l'écriture.


1 commentaire:

alain bergeron a dit...

Merci beaucoup, cher Mathieu ! C'est gentil d'avoir pensé à Katia et à moi pour ce 10e anniversaire d'écriture à temps plein. :-)