Les profs, les moyens de pression et les artistes à l'école

Deux écoles déjà m'ont annoncé qu'elles auraient aimé me recevoir cette année comme auteur mais que les moyens de pression incluent de ne pas faire venir d'artistes dans les écoles cette année.

Je comprends la situation des profs qui ne se sentent pas respectés par leur employeur, par les élèves, par les parents et qui sont débordés de travail pour arriver à enseigner quand on leur laisse le loisir de le faire. Je sais ce qu'est cette réalité, j'ai fait ce boulot, je l'ai quitté parce que les conditions étaient difficiles et que je n'étais pas fait pour ça.

Ce qui m'allume, comme beaucoup de mes collègues, c'est le contact avec ces jeunes, c'est de pouvoir leur parler avec passion de cette passion qui m'habite. De leur ouvrir la porte de mon univers en espérant que peut-être, si je suis chanceux, j'aiderai un préado ou un ado à exprimer sa passion artistique.

J'aurais aimé, moi, avoir la chance de rencontrer un écrivain, un conteur, un comédien, pour qu'on me montre que la vie est autre chose que la bien rationnelle routine, qu'on peut adopter des modes de vie différents sans pour autant perdre notre temps ou gâcher sa vie. J'aurais peut-être exprimé ce que je suis, en tant qu'artiste, donc en tant qu'humain, beaucoup plus tôt.

J'ai besoin de ce contact avec les jeunes,  c'est ce que je recherchais quand j'ai étudié en enseignement, mais tout le reste me menait inexorablement vers la dépression, parce que la discipline jour après jour, heure après heure me minait le moral et l'énergie.

Je sais donc que les profs ont raison de revendiquer de meilleures conditions, mais je sais aussi que la présence d'artistes professionnels dans les écoles est importante et qu'on la néglige trop souvent dans trop de milieux.

Si les moyens de pression cette année consistent entre autres à ne pas inviter d'artistes, ne pas visiter de musée, de pas amener les élèves au théâtre, c'est une partie essentielle de la formation de ces jeunes qu'on place en quarantaine, la partie qui leur démontre l'humain en interaction avec son environnement.

Je ne sais pas comment terminer ce cri du cœur, si ce n'est pas ceci: je suis convaincu que les artistes appuient les profs dans leurs revendications, mais je me demande si les profs appuient les artistes.




1 commentaire:

Gen a dit...

Pour avoir été, comme toi, des deux bords de la clotûre, je ne comprends pas ce moyen de pression des profs.

1- La plupart des parents s'en foutent que leurs enfants ne fassent pas de sortie culturelle, alors ça ne dérange personne, à part la culture des enfants.

2- C'est quand même moins fatiguant pour un prof de faire un peu de discipline pendant la venue d'un artiste que de donner un cours ET de faire la discipline, alors pourquoi ne pas profiter des périodes de "congé" qu'on leur offre? (Et même, pour faire un vrai moyen de pression qui ferait chier le ministre, ils devraient multiplier les sorties et les activités spéciales : les jeunes apprendraient autre chose que le "programme", mais ce serait pas du temps perdu et pendant ce temps-là, les profs se reposeraient un peu! lolol!)