vendredi 21 août 2015

HISTOIRE de l’industrie papetière et de l’exploitation forestière de La Tuque



La ville de La Tuque, tout comme la grande région de la Haute-Mauricie, est indissociable
de l’industrie forestière et papetière.

Fondée officiellement en 1911, la ville de La Tuque naît dans la troisième vague québécoise
d’exploitation forestière, celle du bois destiné aux usines de pâtes et papiers, après la période de bois d’exportation (grands pins) et celle du bois de qualité construction destiné au marché américain.

Pourtant, l’histoire de l’industrie du bois en Haute-Mauricie est beaucoup plus ancienne que la fondation de la ville. On retrouve, déjà en 1829, des billes de bois à l’embouchure de la Petite rivière Bostonnais, là où nous retrouvons actuellement le Parc des Chutes.

En effet, le premier chantier d’exploitation du bois dans la région date de 1828, près de 100 ans avant l’établissement de l’usine qui permettra à la ville de naître. Dès 1850, on aménage la rivière Saint-Maurice pour le flottage des billes de bois provenant du nord. Évidemment, le portage de La
Tuque, dénomination que l’on retrouve dès 1806, car le pic d’une haute montagne ressemble
à un bonnet hivernal, est déjà un endroit névralgique, sur la rivière Saint-Maurice, pour le flottage.

Cette méthode, peu coûteuse et très rentable, est le principal moyen d’acheminer du bois. Transportées grâce à la puissance des chevaux jusqu'à un point d’eau, les billes s’amoncellent dans les glaces hivernales, car la coupe se produit surtout l’hiver aux chantiers. À la fonte, le bois est amené plus bas et les draveurs s’occupent de le faire cheminer jusqu'aux scieries.

L’usine de pâtes et papiers de La Tuque est fondée par la famille Brown. Informés de la richesse forestière et hydroélectrique de la Haute-Mauricie, ils débutent en 1909 la construction de l’usine de pâtes et papiers par la levée d’une pelletée de terre, à l’endroit même où se situe encore
l’usine, sur la rue qui porte son nom.


(texte paru dans la brochure touristique 2015 de Tourisme Haute-Mauricie)

Aucun commentaire: