Billet souvenir: Entités, plus que le bien et le mal

Un roman différent?

Montage de quelques images
du tome 1 d'Entités,
réalisées par Olivier Carpentier 

Les récits de fantasy, en littérature jeunesse, vont rarement plus loin que la classique opposition entre le bien et le mal.
Si on examine les personnages dans le tome 1 d'Entités, on se retrouve avec deux camps qui semblent bien définis: les bons sont représentés par les talentés, réunis en une Confrérie, et les méchants sont représentés par les Entités.
Tout comme j'ai choisi de ne pas utiliser un seul personnage principal (j'y reviendrai dans un prochain billet), j'ai choisi de ne pas définir aussi clairement les frontières entre le bien et le mal dans Entités. Si, à la lecture du premier tome, on demeure sous l'impression que les chasseurs sont les gentils et les Entités les méchants, la lecture du second tome en dévoile un peu plus sur les enjeux qui se jouent dans les deux camps.
Pour bien représenter cette idée de perméabilité des deux équipes, j'ai utilisé plusieurs personnages comme pivots: ils sont ambivalents ou le deviennent à mesure que l'histoire avance. Ainsi, le lecteur ne sait jamais quel personnage est susceptible d'être un espion, un antagoniste ou un moteur de l'autre camp. Par exemple, dans le premier tome, on voit déjà les graines de la discorde entre Urian et Gabriel, le père et le fils, tous deux chasseurs avec des visions opposées de ce que devrait être le travail de chasseur. Le conflit commence aussi à poindre entre Gabriel et Casimir, lors de la scène suivant l'anéantissement de la manticore dans l'Outremonde et l'attaque de Gabriel sur Corinne (ne vous inquiètez pas, si vous n'avez pas encore lu le roman, je ne vous vole pas trop de punchs). Il y a d'autres indices plus subtils à quelques endroits, concernant des personnages qui risque de changer de camp.
Donc les membres de la Confrérie ne sont pas tous des bons: ils ne sont pas des héros au sens classique du terme, c'est à dire sans peurs et sans reproches. Ils ont des zones d'ombre qui les rendent plus humains.
C'est la même chose chez les Entités. Il y a plusieurs groupes d'esprits vivants dans l'Outremonde. Les Entités est l'un d'eux. Dans le second tome, Trahisons, vous apprendrez comment sont nés les esprits, comment est né notre monde, comment le conflit entre les Fidèles et les Entités a commencé et ce que sont ces groupes.
La particularité de la saga Entités, c'est que chacun de ses groupes poursuit ses propres buts, qui ne sont pas tous les mêmes ni compatibles entre eux. Ainsi, les Fidèles, même s'ils aident les chasseurs à combattre les Entités, ne désirent peut-être pas, comme la Confrérie, empêcher les esprits de s'incarner dans des corps. Il existe aussi des esprits qui se foutent totalement des incarnations et qui vouent plutôt une haine viscérale au Dragon Noir. Donc, au-delà du bien et du mal, il y a tout un pan de l'histoire d'Entités qui se joue entre les différentes factions, sans égard au conflit principal.
Ce que j'ai tenté de faire, ici, c'est de la littérature jeunesse agréable à lire pour les jeunes, mais qui peut s'avérer satisfaisante pour les adultes. Évidemment, il y a une contrainte dont il faut tenir compte, et c'est le format. Au Québec, on ne peut pas beaucoup publier de la littérature jeunesse dans des romans trop volumineux. Le premier tome d'Entités aurait pu faire le double de ce qui a été publié, simplement parce qu'on aurait pu avoir le point de vue des Entités sur tout le déroulement (on reviendra aussi sur cette histoire de points de vue dans un autre billet) et que le tome aurait pu inclure ce qui se passe après l'arrivée des ados à la Maison de la Confrérie. C'est dans le second volume qu'on entre dans le coeur de l'histoire, avec les jeux de coulisse et les différents groupes qui se révèlent...

Aucun commentaire: