Les bouteilles à la mer

Soumettre des manuscrits, c'est semblable à lancer des bouteilles à la mer.


On espère avoir une réponse un jour, et que cette réponse amène la lumière au bout du tunnel.

La différence, dans le fond, c'est qu'avec les bouteilles, y'a jamais d'accusé-réception.

Avec les éditeurs, y'en a. Des fois.

2 commentaires:

Isabelle Lauzon a dit...

Des fois, mais pas tout le temps. Une fois sur deux? Une grande lacune, à mon avis...

Étienne Poirier a dit...

Avec un accusé de réception, c'est pire. Avec une bouteille, la relation est claire, on n'attend rien en retour.