jeudi 2 octobre 2014

Parler des projets en cours d'écriture...

J'aime bien parler de projets. Surtout quand je manque de temps et que je déborde d'idées. Parce que, évidemment, quand j'ai du temps, les idées sont plus difficiles à faire naître. Étrange, non? Pourtant, je vis ce phénomène depuis un bon moment.

Quand j'étais dans la routine d'écriture d'Entités, j'avais envie d'envoyer la série sur plein d'avenues. J'avais des dizaines de documents de notes diverses et de scènes qui ne pourraient jamais être utilisées (c'était pour les ados, donc je devais me censurer parfois) et j'avais envie d'écriture des séries dérivées sur quelques uns des personnages.

Et certaines scènes ou des lectures préparatoires me donnaient envie d'écrire complètement autre chose. 2008 à 2011 ont été des années assez productives en termes d'idées et de bouts de manuscrits. Pour les publications aussi, c'est vrai. Faut dire que les projets comme les romans Zone Frousse, avec une cible à 10 000 mots, s'écrivaient assez rapidement. Les Entités, qui tournent autour de 60000 mots, prenaient beaucoup plus de temps et d'énergie.

C'est loin d'être proportionnel: 60 000 mots n'est pas 6 fois plus long et difficile à écrire que 10 000 mots. C'est beaucoup plus que 6 fois!

Ceci dit, en ce moment, je manque de temps, donc j'ai la tête pleine. Je travaille lentement mais sûrement sur un projet qui s'intitule JDSP, que je croyais s'adresser aux 8-10 ans, qui finalement s'enligne pour être 10 ans et +  par l'ampleur qu'il prend tranquillement. J'ai des notes pour les 3 premiers livres de cet  univers, j'ai presque terminé d'écrire le premier et le deuxième compte déjà plusieurs pages... Je travaille ce projet directement au clavier.

L'autre projet qui m'occupe s'appelle "Maladies toutes incluses". C'est une nouvelle que j'écris à la main. Je mène rarement les projets au crayon, mais cette fois-ci, je travaille dans ce texte seulement quand je ne suis pas à la maison: dans l'auto en attendant, quand je prends une marche avec Yubbie et qu'il s'endort dans sa poussette, je m'arrête dans un parc et je sors le cahier... ce genre d'occasions là. j'ai une dizaine de pages de premier jet et j'aime bien retrouver de temps en temps cette sensation d'écriture  manuelle qui change le paradigme de l'écriture. La relation au texte est tellement différente quand on écrit à la main vs écrire à l'ordi. C'est une commande pour un recueil à paraître à l'automne 2015...

Et je prends des tonnes d'idées en note. On verra ce que ça donnera!

Aucun commentaire: