Enraciné, extrait 6: Mourez, mes amours


Comme la prévente du recueil va commencer bientôt, voici un extrait du texte de Saint-Zéphirin-de-Courval, où un meurtre a eu lieu avec de la mort aux rats. Le premier meurtre de ce type au Canada, et c'est la médecine légale qui a été utilisé au procès pour condamner les deux coupables, soit la femme de la victime et son amant à elle. Ce village est aussi le théâtre d'un évènement particulier: lors d'un incendie, un prêtre a béni un puits vide qui s'est rempli et a permis d'éteindre le feu.  Ce sont les deux anecdotes à la bas de Mourez, mes amours, dont voici un extrait: 




Un soir, Arnaud s'est levé et s'est précipité à pas de loup vers la paroi. Il s'est accroupi, a appuyé son oreille contre le mur, attentif. Quand le grattement s'est rapproché, il s'est tendu. William l'observait, la tête inclinée sur le côté, l'air interrogateur.
Au moment où le rat est arrivé près de lui, il a levé une main et a frappé le plâtre, qu'il a troué comme si c'était du carton. Il a attrapé le rongeur qui se terrait entre les parois et l'a étêté d'un coup de dents.
            J'ai paniqué et lui ai arraché la bête des mains, mais il avait déjà avalé la tête. William a quitté son siège, a ramassé le corps du rat et l'a englouti en une bouchée. 

Aucun commentaire: