vendredi 17 août 2012

Enraciné, extrait 3: Enfouis au coeur de la pierre

Comme la prévente du recueil va commencer bientôt, voici un extrait du texte concernant les cadavres enterrés dans le sous-sol de l'église de Pierreville, territoire qu'on appelait avant la terre des sorciers, au temps où les abénaquis dominaient la région... 

À noter que vous pourrez lire ce texte complet dans le numéro 33 de la revue Brins d'éternité





Peut-être qu'après ce soir, il acceptera de déménager dans une maison de retraite plutôt que d'habiter dans son taudis en ruines. En attendant, Alanis portait au cou une vieille dent creuse, longue d'environ cinq centimètres et autrefois tranchante comme le fil d'une lame de rasoir. Maintenant, après moult usages, l'émail s'était élimé et la dent ne coupait plus rien. Selon Vieux Gill, il s'agit d'une des canines du loup-garou lui-même et elle donne la force et le courage du loup humain à quiconque la porte. 


(autre extrait)

 La mixture terminée, elle asperge les feux-follets, et les nuages rouges se contractent. Quand les gouttelettes les atteignent, ils se mettent à siffler, comme s'ils étaient brûlés. Alanis les arrose encore et encore, et les sifflements se font de plus en plus aigus, mais les volutes s'élèvent toujours, jusqu'à culminer et à se rencontrer au-dessus du centre de la croix imaginaire. Alanis remarque alors, là où aurait dû se trouver le Jésus de la croix, une forme de taille surhumaine, à la mâchoire proéminente. La silhouette est plus animale qu'humaine. 


Aucun commentaire: