Dans l'univers d'un autre

réflexion décousue sur mon prochain roman... 

Je suis fébrile suite à la réception de la couverture de "La volonté d'Odi", parce que ce projet me tenait bien à coeur mais je ne savais pas trop si ça se ferait ou pas ce printemps. Mon roman est écrit depuis l'automne et traite de la religion dans le monde des Odi-Menvatts, ou la secte qui vénère Odi, dieu de la vengeance, vend ses services pour des requêtes de vengeance en tout genre. Je me suis penché sur le parcours d'un homme, Kholl Tran, qui est recruté, enfant, par les moines de la Cité Blanche et devient Menvatt, puis moine, avant de devoir enfiler de nouveau l'uniforme. 

Je me suis attardé à la structure organisationnelle de la religion Odi et j'ai fouillé aussi la spiritualité Arcuride (les Arcurides étant les ennemis des Menvatts). Les Arcurides sont froids et sans émotions, après le rituel qui fait d'eux des disciples du prince-guerrier Arcure. Et pourtant, me suis-je dit, ils doivent avoir des croyances religieuses face à cet ancêtre. Et qui dit religion dit sauveur, bien sûr, donc j'ai travaillé à développer une figure christique dans cet univers. 

Le récit tourne donc autour de ces deux grands trous dans la cosmogonie développée par Michel J. Lévesque.  Ce qui est intéressant avec le défi des clowns-vengeurs, c'est justement la liberté que les auteurs ont: les histoires sont indépendantes, mais pour avoir lu ceux qui sortent ce printemps et ceux de l'automne, je trouve que c'est super intéressant de voir se dessiner cette histoire du futur, car les textes, d'eux-mêmes, se placent dans une chronologie où certains éléments servent de repères. 

Nous suivons donc Kholl qui reçoit une requête inhabituelle: un Arcuride risque gros en venant le chercher directement au monastère pour qu'il rencontre une Arcuride haut-placée qu'il a connue, dans le passé. Et elle lui apprendra des trucs qui changeront toute sa perspective sur sa propre vie et surtout sur sa foi, élément essentiel de sa personnalité de Menvatt. 

Le tout évidemment contrôlé par la volonté divine d'Odi, clin d'oeil aux ultra-religieux qui voient dans tous les évènement bénins de la vie des signes divins.  Que faire quand même le dieu auquel on croit semble aller à l'encontre des règles qu'il a lui même édictées? C'est une exploration de ces questions qui a lieu dans "La volonté d'Odi".  Je trouvais intéressant de voir ce thème se dessiner dans le récit que je racontais, et j'ai insisté, à la réécriture, sur des détails importants, pour pousser cette idée de la foi aveugle vs la foi consciente et allumée. J'aborde même au passage la sacro-sainte télé-réalité élevée au rang de religion... 

Tout ça pour dire que mon clown-vengeur Kholl en vit une bonne devant vos yeux et qu'il n'en sortira pas en un seul morceau. 

J'ai déjà jeté sur papier des idées pour un autre roman dans cet univers qui mettrait en vedette un personnage secondaire de "La volonté d'Odi", soit Iskiri, une jeune fille promise à de bien violentes aventures. 




4 commentaires:

Hélène a dit...

Wow ça semble vraiment très intéressant. Félicitations.

Prospéryne a dit...

Semble très intéressant en effet. C'est juste que c'est encore loin le mois de mars...

Gen a dit...

Intéressant... tu vois, moi ceux qui me fascinent le plus dans cet univers, ce sont les Arcurides justement...

M a dit...

On va tenter de mousser les ventes le plus possible, évidemment, pour accueillir d'autres auteurs dans les années à venir. Je sais que déjà deux auteurs sont confirmés (à l'interne!) pour l'automne, et je connais quelques noms d'auteurs intéressés... Vous verrez, ça sera vraiment intéressant comme collection.

Et Gen, les Arcurides sont remplis de possibilités que tu pourras explorer!